Bien Etre et Santé Globale - Belgique
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus FERMER
Accueil > Disciplines > Étiopathie

Étiopathie

Du grec « aïtia », cause, et « pathos », souffrance, l’Étiopathie s’attache à rechercher l’origine de la maladie pour l’éliminer par une méthode de soins qui, au-delà des symptômes, s’attaque directement aux causes pour les faire disparaître. Jeune science innovante promise à un grand avenir, l’Étiopathie diffère de toutes les autres méthodes médicales. 


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Médecine mécaniste, l’Étiopathie constate que le corps humain, fruit de millions d’années d’évolution, doit fonctionner correctement. Si ce bon état de marche est perturbé, si un dysfonctionnement apparaît quelque part, l'étiopathe cherche à en identifier la cause et à la réduire par des techniques spécifiques ou à orienter le patient vers le traitement approprié.



Le succès de l’Étiopathie est dû :



1. À sa méthode d’analyse : l’Étiopathie permet de trouver l’origine réelle d’un mal, c’est-à-dire sa cause, sans la confondre avec ses effets – inflammation, troubles fonctionnels, présence d’agents infectieux, douleurs, etc., et ce, en s’articulant sur les méthodes et modes de raisonnement utilisés dans toute recherche scientifique.



2. À ses traitements précis et rapides : l’Étiopathie reprend les gestes ancestraux, enrichis de génération en génération, et les revisite à la lumière des connaissances anatomiques modernes.



Bien au-delà des seules douleurs articulaires, névralgiques ou obstétricales, l’Étiopathie s’applique à la mécanique du corps humain tout entier, à son bon fonctionnement et, partant, à un très grand nombre d’affections dont il peut être victime.



Le praticien étiopathe, pour se former à cette discipline, aura consacré six années à l’étude en profondeur du corps humain et des lois qui le régissent, aux sciences et aux méthodes permettant d’identifier les causes des pathologies – ainsi qu’à l’apprentissage du geste pertinent et des différentes techniques manuelles qui lui permettront de résoudre les problèmes de ses patients.



Étiopathie et autres pratiques



L’Étiopathie se différencie de toutes les autres approches médicales par son approche systémique, c’est-à-dire en considérant le fonctionnement des organes et des appareils du corps humain dans leurs différentes interactions. Il en découle une façon tout-à-fait particulière d’analyser les causes des phénomènes pathologiques, et de conduire ses traitements de chirurgie non instrumentale.



Pour analyser ces causes, outre les connaissances d’anatomie, de physiologie et de biologie, cette méthode utilise des “outils” comme le déterminisme, la systémique et la cybernétique, grâce auxquels le diagnostic s’avère d’une rigueur exceptionnelle.



Car le principe même de l’Étiopathie est d’établir le bon diagnostic avant d’envisager un traitement quel qu’il soit. Ainsi, l’Étiopathie est d’abord une méthode, une méthode éprouvée d’analyse de la cause des maux, avant d’être une technique, fût-elle exceptionnelle. On ne saurait donc confondre l’Étiopathie avec toute autre technique manuelle.



Et si l’Étiopathie se distingue des autres méthodes manuelles par l’innocuité et le haut niveau d’évolution de ses techniques, issues de la nuit des temps, elle s’en éloigne encore d’avantage par l’analyse et la pertinence du geste…



Sur le plan général



L'Étiopathie est une recherche fondamentale visant à établir une relation de causalité entre les phénomènes pathologiques présentés par les systèmes biologiques, et leur structure, ceux-ci étant considérés comme des systèmes de systèmes en interaction avec leur milieu extérieur.



Sur le plan des applications thérapeutiques



L'Étiopathie est une méthode visant à rétablir la stabilité relative des systèmes biologiques en agissant soit sur leurs déséquilibres structuraux acquis, soit sur leurs variables d'entrée inadaptées au maintien de leur stabilité.



Le terme « Étiopathie » a été créé et déposé à l’O.M.P.I en 1963 par Christian Trédaniel, pour désigner la méthode d’analyse logique de la pathologie qu’il a élaborée et qui permet de donner une assise scientifique à l’art du reboutement resté dans la tradition orale et empirique depuis le début des temps.



Le traitement étiopathique



Le traitement étiopathique vise essentiellement à harmoniser les rapports structuraux existant entre les éléments des systèmes biologiques et à normaliser les variables d'entrée indispensables à leurs bonnes fonctions.



Il existe différentes possibilités d'envisager ou de définir ce qu'est l'état de bonne santé. Pour l'étiopathie, il consiste dans le maintien de la fonction exotrope du système biologique. Or, la normalité de cette fonction exotrope, c'est-à-dire le respect qualitatif et quantitatif des variables de sortie de chaque sous-système et celles du système global, ne peuvent être respectées que si l'intégrité de la structure de ces systèmes et les rapports entre leurs éléments sont respectés. C'est la première des conditions. Si elle est respectée, il faut également que la fonction endotrope de ces systèmes soit normale, c'est-à-dire, que les variables d'entrée qui la caractérisent soient conformes au besoin du système et ne franchissent point ses seuils d'adaptation. Ce sont ces deux conditions nécessaires et suffisantes pour que l'état de bonne santé soit assuré et que la programmation génétique de l'individu soit respectée.



La correction des lésions étiopathiques structurales et extra-somatiques, permet de parvenir à ce but. Lorsque l'atteinte structurale est irréversible, seuls la chirurgie instrumentale ou l'appareillage chimique pour suppléer à une fonction, peuvent être envisagés.



Le traitement étiopathique de normalisation structurale s'accomplit par un acte manuel. Cette chirurgie se pratique sans instrument et sans appareil.



L'Étiopathie pour qui ?



Un étiopathe, exerçant en libéral, n’a pas le droit à l’erreur. Il est donc formé à établir la différence entre ce qui est de sa compétence et ce qui ne l’est pas.



En effet, si l’analyse étiopathique ne connaît pas de limite, les traitements étiopathiques, eux, en ont. Un étiopathe sait, par exemple, que les pathologies irréversibles n’entrent pas dans son champ d’action, de même que les atteintes infectieuses graves. Il saura également orienter, si nécessaire, vers un traitement chirurgical – à savoir que dans la plupart des cas, il permet à son patient d’en faire l’économie.



Pour le reste, son domaine d’intervention est particulièrement large (voir les principales indications d’un traitement étiopathique). C’est pourquoi il voit toujours plus de malades lassés de l’inefficacité d’autres pratiques médicales s’adresser à lui.



L’étiopathe reçoit ainsi des hommes et des femmes de tout âge, atteints de toutes sortes de douleurs et d’affections, qu’il soulagera en douceur. Ses traitements, non traumatisants, sont également indiqués pour les enfants qu’il saura particulièrement préserver.



Le bon diagnostic pour la bonne thérapeutique



L’Étiopathie est avant tout une méthode scientifique rigoureuse, ce qui lui permet d’obtenir des résultats positifs et constants. De tels résultats, parfois spectaculaires, sont dus, par-delà les techniques employées, à la pertinence du diagnostic causal effectué par les étiopathes.



Pour l’étiopathe, en effet, soigner un mal, c’est en éliminer la cause réelle, cause qu’il s’attache à découvrir en tout premier lieu. Le diagnostic étant rigoureux, le traitement le sera aussi, puisqu’il sera adapté à la cause et pensé en fonction de celle-ci.



Seule cette démarche permet à l’étiopathe d’opérer par chirurgie non-instrumentale (manipulation) et de soigner sans médicaments, sans droguer, voire empoisonner.



Primum non nocere



En aucun cas, les techniques utilisées en Étiopathie ne peuvent aboutir à des actes de mobilisation forcée des articulations, gestes dangereux pour les malades.